Notre milieu de vie – maison, école, ville, etc. – influence notre santé, et notre niveau de santé à l’adolescence est déterminant pour le reste de notre vie. On sait par exemple que les écoles et les quartiers que fréquentent les jeunes peuvent jouer un rôle sur leur poids personnel, mais jusqu’à présent le niveau d’influence de ces facteurs n’était pas très clair. On peut se demander également si l’impact de ces milieux de vie perdure jusqu’à la vie adulte.

Pour en savoir plus, trois chercheurs américains ont utilisé les données d’une étude s’étant déroulée sur plusieurs années et initiée auprès de jeunes du secondaire. Les chercheurs ont choisi de suivre l’évolution d’un peu moins de 15 000 anciens élèves de partout aux États-Unis jusqu’à l’âge de 24 à 32 ans.

L’hypothèse d’une influence à long terme des milieux de vie à l’adolescence sur la santé semble avoir été confirmée. Les personnes qui, lorsqu’elles étaient jeunes, vivaient dans un quartier ou fréquentaient une école dont le niveau moyen d’éducation des parents était bas avaient tendance à vivre davantage d’embonpoint une fois adultes. Par contre, ceux qui ont eu la chance lorsqu’ados de vivre dans un quartier où étaient disponibles des installations sportives avaient généralement un taux plus bas d’embonpoint, peu importe le niveau d’étude de leurs parents, leur poids au début de l’étude et celui de leurs parents. Les écoles et les municipalités qui veulent améliorer la santé des jeunes pour de longues années encore feraient bien d’investir dans de nouvelles infrastructures pour y contribuer.

Source: Journal of Adolescent Health