Décrochage scolaire: les liens avec la dépression se précisent à l’aide d’une étude montréalaise

2018-10-04T13:18:13+00:0019 février 2018|Écoles, Nouvelles, Santé|
On le sait, pour bien des gens l’adolescence est une période cahoteuse lors de laquelle sont vécus plusieurs défis, y compris au niveau de la santé psychologique. La science s’intéresse à cette réalité depuis longtemps et jusqu’à présent, elle n’appuyait pas l’idée qu’un lien direct entre la dépression et le décrochage scolaire puisse exister. Il est cependant possible que ce soit bien le cas, mais seulement si on tient compte des signes passés mais récents de dépression.

Voilà ce qu’a voulu découvrir une équipe de six chercheurs, dont la plupart proviennent de l’Université de Montréal et de l’Université du Québec à Montréal. Pour ce faire, ils ont utilisé des données issues de 12 écoles secondaires en milieux défavorisés dans la grande région de Montréal. Là-bas, tous les étudiants âgés de 14 ans et plus ont d’abord répondu à des questions portant sur leur contexte de vie et sur certains facteurs de risques liés au décrochage. Ensuite, toutes les personnes ayant décroché de ces écoles ont été invités à participer à des entrevues au sujet de l’état de leur santé mentale durant l’année précédente, et un certain nombre de non-décrocheurs aussi pour pouvoir comparer les deux groupes.

L’intention des chercheurs était de confirmer par leurs résultats que les adolescents présentant des symptômes récents de dépression courent plus de risques de décrocher que ceux sans symptôme. En fait, le phénomène est important au point qu’un décrocheur sur quatre avait connu des signes de dépression au cours des trois mois précédant son abandon scolaire. Il apparaît primordial au sein des écoles affichant de hauts taux de décrochage de soutenir efficacement les jeunes … si l’on veut vraiment combattre efficacement le décrochage scolaire.

Source: Journal of Adolescent Health