Dons d’organes au Canada: de nouvelles lignes directrices pour certains dons d’organes chez les jeunes

2017-11-23T23:13:19+00:00 11 novembre 2017|Nouvelles, Santé|
Beaucoup de gens malades attendent des mois et même des années sur des listes d’attente pour se faire transplanter un organe (par exemple le coeur ou un rein) qui provient d’une autre personne encore en vie ou récemment décédée. Il arrive fréquemment au pays que des jeunes, suite à leur décès, donnent de leurs organes mais cela arrive bien moins souvent dans les cas de « mort circulatoire ». La mort circulatoire se déroule suite à un problème de circulation du sang et non d’une blessure au cerveau dans le cas d’une mort cérébrale, par exemple. Un don dans de telles situations est moins fréquent car les procédures médicales nécessaires suite à de tels décès ne sont pas les mêmes que pour les autres causes et que souvent, les hôpitaux n’ont pas tout ce qu’il faut pour accomplir ce genre d’opérations.

Il est pertinent de vouloir donner de meilleurs outils aux médecins qui désirent être appuyés dans de telles circonstances. Voilà pourquoi une équipe d’une trentaine de chercheurs canadiens, menée par le docteur Matthew Weiss à l’Université Laval, a évalué les recherches effectuées sur le sujet et consulté de multiples professionnels de la santé au Canada et à l’international afin de rédiger une série de lignes directrices à ce sujet. Il s’agit d’une soixantaine de courts avis d’experts sur toutes sortes de questions liées à ce type de procédures. Par exemple, sur des questions éthiques, quels cas sont propices aux dons d’organes en pédiatrie, quelles interventions médicales mener en fin de vie, et comment en particulier appliquer ces leçons aux nouveaux-nés.

On souhaite à cette série de recommandations d’être suivie par un grand nombre de médecins et d’hôpitaux canadiens, afin que les dons d’organes dans ce type de situation puisse plus souvent se dérouler et ainsi permettre de sauver plus de vies!

Source: Pediatric Critical Care Medicine